Description de l'Ennéatype 1

Ce message est un message de type « wiki ».
Il a vocation à devenir une description collective co-construite de l’Enneatype 1.
Pour modifier ce contenu, il suffit de cliquer sur l’ « icone crayon » en haut à droite de ce message.
Avant de fusionner vos contributions, nous vous proposons de les poster en réponse à ce message pour conserver le maximum de pluralité de point de vue.

Description synthétique de l’Ennéatype 1


Fonctionnement égotique : L’orientation du 1 (idéaux élevés et rigueur personnelle) et son instinctif préféré le poussent à essayer de donner corps à ses idéaux. Il désire par-dessus tout être quelqu’un de bien, d’intègre et veut à tout prix éviter d’être corrompu, immoral, mauvais. Comme Il utilise son centre instinctif préféré en direction intérieure, ce sont des idéaux internes qui le guident. Il croit que pour faire bien il faut faire parfaitement (fixation). Il ressent fréquemment de la colère (passion) en raison de sa préférence pour le centre instinctif et du fait que la réalité correspond rarement à ses idéaux. Comme il croit que cette colère l’empêche d’atteindre son orientation, il cherche à l’éviter à tout prix (compulsion). Il utilise la formation réactionnelle (mécanisme de défense) afin de transformer de manière inconsciente cette colère en un sentiment acceptable par son ego. Il peut ainsi croire qu’il ne s’est pas mis en colère et préserver son image idéale de personne droite et rigoureuse.

Il y a des moments où le 1 vit sa contrepassion (renoncement) et sa contrefixation (inachèvement). Il croit alors être connecté à son essence mais ce ne sont que des caricatures de ses qualités essentielles. Il en est fier, signe que l’ego est toujours là. Il est également inconscient de la présence de sa passion et de sa fixation. Le renoncement n’est pas un lâcher prise, les regrets, les jugements et la colère sont toujours là. L’inachèvement fait qu’il ne va pas jusqu’à bout de ce qui peut raisonnablement être fait, à cet instant son orientation idéaux élevés et rigueur personnelle est perdue, autre signe qu’il est toujours dans son ego et pas connecté à l’essence.

Sortir du fonctionnement égotique : Lorsque le 1 se connecte à son essence et donc au réel, il vit sa vertu, la patience et son idée supérieure, la perfection. Il comprend que faire au mieux est suffisant (perfection) et accepte ses propres limitations ainsi que celles des autres. Il accepte et comprend que ses idéaux ne sont pas forcément ceux des autres et que c’est bien ainsi (patience).

Approfondissement : description détaillée de l’Ennéatype 1


1. Essence de la personnalité : Orientation saine

La personne d’Ennéatype 1 souhaite être quelqu’un d’intègre, quelqu’un de bien, qui fait bien les choses, consciencieusement. Elle est guidée au quotidien par des idéaux élevés, des valeurs, comment les choses devraient être, comment les choses ne devraient pas être.

Lorsqu’elle va bien, ces idéaux sont raisonnables, réalistes et réalisables. Elle agit avec une rigueur personnelle très élevée pour tendre vers ces idéaux, comme un idéal de vie. C’est une personne qui vit alors avec intégrité et dignité, qui a une propension à être bonne, comme étant tirée vers le haut sans être rigide, sans jugement.


2. Ego de la personnalité : caricature de l’Orientation

Lorsque l’égo prend le dessus, le vouloir bien faire devient une quête frénétique de toujours améliorer les choses, au-delà de tout discernement.

Ses idéaux sont alors placés de façon inatteignables, trop élevés. Ainsi, sa rigueur à faire est une quête sans fin : il y a toujours quelque chose à améliorer.


3. Synthèse du fonctionnement de l’égo

Le 1 préfère l’utilisation de son centre instinctif vers l’intérieur. L’amélioration des choses est avant tout donc de s’améliorer lui-même, en fonction de ses idéaux. Mais l’égo place la barre trop haute, ce qui mène à une quête de perfectionnisme. Et comme les choses ne sont jamais au niveau où elles devraient être, alors ceci génère de la colère. Or, exprimer la colère est considéré comme étant incorrect chez le 1, il cherche à l’éviter à tout prix. Il stoppe donc cette colère aussitôt autant qu’il le peut.

Alexas_Fotos-perfect-1300863_640-pixabay

Lorsque la personne de type 1 va très mal, lorsque l’égo prend intensément les commandes, elle peut alors devenir accusatrice et ne plus déroger à aucun écart vis-à-vis de ses idéaux, cela pouvant être d’ordre moral, éthique, vis-à-vis de valeurs, … Elle devient imperméable à la transgression de ses idéaux et est emplie de jugements de valeurs.


4. Centre préféré

Le 1 a comme préférence son centre instinctif orienté vers l’intérieur. L’expression du centre instinctif est liée à la survie physique et psychologique, ainsi qu’au contrôle. C’est donc une personne qui mobilise préférentiellement toute l’énergie du centre instinctif pour se contrôler elle-même avant tout. Cela en fait souvent des personnes tendues, notamment au niveau des épaules, qui sont dans l’auto-contrôle permanent, mais aussi rigides.

Ennéatype instinctif, le 1 est avant tout une personne d’action. Une théorie n’a d’intérêt que si elle permet d’agir et d’améliorer les choses. Et elle souhaite bien agir. Si elle a un doute sur la bonne façon d’agir, alors elle pourra remettre au lendemain : mieux vaut repousser une action plutôt que de prendre le risque de mal la réaliser. Mais vu que c’est un type instinctif, alors agir pour atteindre ses idéaux, avec une rigueur personnelle très élevée, n’est pas un problème, c’est au contraire un automatisme de base de l’égo de type 1. Sa valeur culte est le travail, on travaille d’abord, et une fois que le travail est terminé, on peut se reposer.


5. Compulsion de l’égo

La compulsion de l’égo de type 1 est d’éviter la colère à tout prix. Le 1 croule sous la culpabilité dès que celle-ci se manifeste. L’intensité corporelle ressentie est immense, et le 1 mobilise alors une grande quantité d’énergie pour empêcher la colère d’éclater à l’extérieur mais, même s’il ne la qualifie pas forcément ainsi, elle se ressent pleine et entière à l’intérieur. Il y parvient ou non…

La peur de base du 1 est d’être mauvais, corrompu et immoral. Son désir de base est d’être intègre. Il va donc mettre toute son énergie pour éviter d’être immoral afin d’être intègre. La colère est jugée comme étant mauvaise, ce n’est donc pas acceptable pour les 1 de la vivre et encore moins de la manifester, cela générerait en effet de la culpabilité et ferait d’elle, selon elle, une mauvaise personne qui ne sait pas se contrôler.


6. Mécanisme de défense

Le mécanisme de défense du 1 est la formation réactionnelle, mécanisme qui renforce également le contrôle de soi. Ceci consiste à changer tout comportement qui serait jugé incorrect en un comportement jugé correct. Par exemple, montrer un sourire forcé lorsqu’il y a de la colère derrière, parce que cela est subjectivement perçu comme étant plus correct. Mais les autres ne sont pas dupes et voient bien cette colère dans le regard, ou la mâchoire serrée.


7. Passion et Fixation

La Passion émotionnelle du 1 est la colère et sa Fixation mentale est le perfectionnisme. Lorsque l’égo du 1 place automatiquement ses idéaux à un niveau inatteignable lucidement, le 1 perçoit que lui et le monde ne sont jamais au niveau attendu. Ceci génère alors frustration, ressentiment et colère. Le 1 entre alors en action afin d’améliorer les choses. Mais vu que les idéaux sont inatteignables, la colère revient encore et encore. Ceci place le 1 en situation de perfectionnisme permanent.

mohamed_hassanlawyer-3819044_640-pixabay

Une caractéristique forte de l’égo est alors l’autocritique : la personne de type 1 a en permanence une petite voix dans la tête qui remarque tout ce qui est incorrect et doit être corrigé. Elle se critique donc déjà en permanence, ce qui la rend très sensible aux critiques extérieures.

Ses normes intérieures élevées lui font avoir un sentiment de supériorité morale et éthique envers les autres, elle parle donc avec forces “on doit, il faut”. Elle sait ce qui est bon pour elle, ce qui est bon pour les autres et elle ne se limitera pas dans la critique incessante, vu que cela part d’un bon sentiment : permettre aux autres de s’améliorer (selon ses propres critères inconscients) !

rickey123-warning-2284170_640-pixabay


8. Contrepassion et Contrefixation

Lorsque le 1 vit son égo alors qu’il n’est plus connecté à son Orientation d’idéaux élevés et de rigueur personnelle, il entre alors en guerre contre son égo, en ayant l’impression d’avoir réglé sa problématique de colère et de perfectionnisme… avec fierté (signe que l’égo est toujours aux commandes).

Alors, le 1 vit sa contrepassion de renoncement, caricature de sa vertu de patience. Il se montre indulgent et dans l’acceptation de l’état du monde et des autres, il se montre tolérant envers les erreurs, mais ceci se fait alors que la colère intérieure gronde et est forcée à rester à l’intérieur.

Il vit également sa contrefixation d’inachèvement, caricature de son idée supérieure de perfection. Sous prétexte de ne plus chercher la perfection, il ne va pas au bout des choses, il laisse ses actions inachevées, et est fier d’avoir, selon lui, lâché prise.


9. Vertu et Idée Supérieure

Lorsque la personne de type 1 se connecte à ses qualités essentielles, lorsqu’elle vit avec plus de présence dans le moment présent, consciente de ses propres mécanismes intérieurs, le cercle vicieux de la colère s’estompe, sans forcément disparaître, mais au profit d’un vécu intérieur de sérénité. Sérénité vis-à-vis de la réalité telle qu’elle est, imparfaite, sérénité vis-à-vis des exigences, pas si importantes que cela, de son égo. Elle vit alors la patience dans le présent, et est capable de percevoir la perfection potentielle et suffisante d’une situation sans en faire un idéal inatteignable. La personne dure et critique laisse place à une personne plus douce, plus légère et plus joyeuse, et ce, sans perdre sa rigueur à bien faire les choses, sans perdre ses idéaux qui sont alors vécus avec discernement, au profit des autres et d’elle-même.

AlessandroSquassoni-man-5259912_640-pixabay


Résumé des caractéristiques de l'Ennéatype 1


Orientation : Idéaux élevés, Rigueur personnelle


Dans l’Ego :

  • Compulsion : Éviter la colère à tout prix
  • Mécanisme de défense : Formation réactionnelle
  • Passion émotionnelle : Colère
  • Fixation mentale : Perfectionnisme
  • Contrepassion émotionnelle : Renoncement
  • Contrefixation mentale : Inachèvement
  • Fierté : Je suis droit, je suis travailleur
  • Peur de base : Être corrompu, immoral, mauvais
  • Désir de base : Être intègre

Dans l’Essence :

  • Qualité essentielle : Intégrité
  • Vertu émotionnelle : Patience, Sérénité
  • Idée supérieure mentale : Perfection potentielle



Crédits photos :
Alexas_Fotos (1300863) sur pixabay
Mohamed_hassanlawyer (3819044) sur pixabay
Clker-Free-Vector-Images (45792) sur pixabay
Rickey123 (2284170) sur pixabay
JerzyGorecki (4721324) sur pixabay
AlessandroSquassoni (5259912) sur pixabay
RobinHiggins (3126437) sur pixabay

Bonjour,

Voilà ma première participation à ce travail de co-construction…
A travailler avant de l’intégrer au wiki :slight_smile:


L’ennéatype 1 a pour centre préféré le centre Instinctif.
Il entretient donc un rapport particulier avec la Colère.
Son attention est plutôt orienté vers « l’intérieur ». C’est à dire vers lui.
Le centre instinctif tente d’assurer notre survie physique et psychologique.
Notre égo instinctif est donc en permanence en train d’essayer de garder la maîtrise de son environnement (intérieur et/ou extérieur).
Comme le 1 est orienté vers l’intérieur, son ego essaye d’assurer sa survie physique et psychologique en se maîtrisant lui-même.
Pour cela, il essaye donc en permanence de se contrôler et d’être le plus « parfait » possible.
C’est l’Orientation du 1: la rigueur personnelle et les idéaux élevés.
Sa fixation est nommée perfectionnisme.
Comme l’ego n’arrive pas à être aussi parfait qu’il le souhaite, cela génère une grande colère intérieure. Colère qui n’est pas acceptable pour son ego perfectionniste.
Cela explique la Passion du 1 qui est la Colère ainsi que sa Compulsion qui est d’éviter cette colère.
Quand le 1 va bien, il peut se connecter à son Idée Supérieure de Perfection (à distinguer du Perfectionnisme qui est un TROP de Perfection) ainsi qu’à sa Vertu de Patience.

Bonjour à tous,

Voici ma vision du fonctionnement de l’ennéatype 1, et comme pour @Lighyli ceci est un document de travail, appelé donc à être … travaillé :upside_down_face: .

Type 1

Fonctionnement égotique : L’orientation du 1 (idéaux élevés et rigueur personnelle) et son instinctif préféré le poussent à essayer de donner corps à ses idéaux. Comme Il utilise son centre instinctif préféré en direction intérieure, ce sont des idéaux internes qui le guident. Il croit que pour faire bien il faut faire parfaitement (fixation). Il ressent fréquemment de la colère (passion) en raison de sa préférence pour le centre instinctif et du fait que la réalité correspond rarement à ses idéaux. Comme il croit que cette colère l’empêche d’atteindre son orientation, il cherche à l’éviter à tout prix (compulsion). Il utilise la formation réactionnelle (mécanisme de défense) afin de transformer de manière inconsciente cette colère en un sentiment acceptable par son ego. Il peut ainsi croire qu’il ne s’est pas mis en colère et préserver son image idéale de personne droite et rigoureuse.

Sortir du fonctionnement égotique : Lorsque le 1 se connecte à son essence et donc au réel, il vit sa vertu, la patience et son idée supérieure, la perfection. Il comprend que faire au mieux est suffisant (perfection) et accepte ses propres limitations ainsi que celles des autres. Il accepte et comprend que ses idéaux ne sont pas forcément ceux des autres et que c’est bien ainsi (patience).

1 J'aime

Bonjour à tous,

Voici la description que je donnerais pour l’ennéatype 1.

Quand elles sont sous l’emprise de leur ego, les personnes de l’ennéatype 1 cherchent avant tout à être parfaites/correctes par désir d’être intègres ; elles sont poussées à faire ce qu’elles peuvent pour éviter d’être corrompu, immoral et mauvais.

Dans ma description, le but était de faire ressortir la dualité spécifique à l’ennéatype 1 et sa dynamique de fonctionnement globale.

Je n’ai pas parlé des Passions et Fixations parce que je n’ai pas encore trouvé de manière de les présenter au même niveau que les Contre-passions et Contre-fixations (en les associant à la Compulsion et au Mécanisme de Défense). Dit autrement, je suis en recherche d’une manière de parler des Passions et Fixations sans les mettre plus en avant que les Contre-passions et Contre-fixations.
Je n’ai pas non plus parlé des Vertu et Idée Supérieure vu qu’il me semble logique d’en parler en lien avec les Passions, Fixations, Contre-passions et Contre-fixations.

Bonjour à tous,

Voici ma version pour l’Ennéatype 1 !




La personne d’Ennéatype 1 souhaite être quelqu’un d’intègre, quelqu’un de bien, qui fait bien les choses, consciencieusement. Elle est guidée au quotidien par des idéaux, des valeurs, comment les choses devraient être, comment les choses ne devraient pas être.

Lorsqu’elle va bien, ces idéaux sont raisonnables, réalistes et réalisables. Elle agit pour tendre vers ces idéaux, comme un idéal de vie. C’est une personne qui vit alors avec intégrité et dignité, qui a une propension à être bonne, comme étant tirée vers le haut sans être rigide, sans jugement.

Alexas_Fotos-perfect-1300863_640-pixabay



Lorsque l’égo prend le dessus, le vouloir bien faire devient une quête frénétique de toujours améliorer les choses, au-delà de tout discernement. Ce perfectionnisme atteint alors très régulièrement un mur : les idéaux sont trop élevés et inatteignables. Ceci génère alors frustration, ressentiment et colère.
La compulsion de l’égo de type 1 étant d’éviter la colère à tout prix, il croule sous la culpabilité dès que celle-ci se manifeste. L’intensité corporelle ressentie est immense, et le 1 mobilise alors une grande quantité d’énergie pour empêcher la colère d’éclater à l’extérieur mais, même s’il ne la qualifie pas forcément ainsi, elle se ressent pleine et entière à l’intérieur. Il y parvient ou non…

Les autres ne sont pas dupes et voient cette colère dans le regard, ou la mâchoire serrée. Mais le 1 ne peut pas se permettre d’accepter de l’exprimer, cela génèrerait de la culpabilité et ferait d’elle, selon elle, une mauvaise personne qui ne sait pas se contrôler.

Le 1 a comme préférence son centre instinctif orienté vers l’intérieur, c’est donc une personne qui mobilise préférentiellement toute l’énergie du centre instinctif pour se contrôler elle-même avant tout. Cela en fait souvent des personnes tendues, notamment au niveau des épaules, qui sont dans l’auto-contrôle permanent, mais aussi rigides.

mohamed_hassanlawyer-3819044_640-pixabay




Une caractéristique forte de l’égo est alors l’autocritique : la personne de type 1 a en permanence une petite voix dans la tête qui remarque tout ce qui est incorrect et doit être corrigé. Elle se critique donc déjà en permanence, ce qui la rend très sensible aux critiques extérieures.

Ses normes intérieures élevées lui font avoir un sentiment de supériorité morale et éthique envers les autres, elle parle donc avec forces “on doit, il faut”. Elle sait ce qui est bon pour elle, ce qui est bon pour les autres et elle ne se limitera pas dans la critique incessante, vu que cela part d’un bon sentiment : permettre aux autres de s’améliorer (selon ses propres critères inconscients)!

rickey123-warning-2284170_640-pixabay



Son mécanisme de défense de formation réactionnelle lui renforce également le contrôle de soi, en changeant tout comportement qui serait jugé incorrect en un comportement jugé correct. Par exemple, montrer un sourire forcé lorsqu’il y a de la colère derrière.

Ennéatype instinctif, le 1 est avant tout une personne d’action. Une théorie n’a d’intérêt que si elle permet d’agir et d’améliorer les choses. Et elle souhaite bien agir. Si elle a un doute sur la bonne façon d’agir, alors elle pourra remettre au lendemain : mieux vaut repousser une action plutôt que de prendre le risque de mal la réaliser. Mais vu que c’est un type instinctif, alors agir pour atteindre ses idéaux, avec une rigueur personnelle très élevée, n’est pas un problème, c’est au contraire un automatisme de base de l’égo de type 1. Sa valeur culte est le travail, on travaille d’abord, et une fois que le travail est terminé, alors on peut se reposer.




Lorsque la personne de type 1 va très mal, lorsque l’égo prend intensément les commandes, elle peut alors devenir accusatrice et ne plus déroger à aucun écart vis-à-vis de ses idéaux, cela pouvant être d’ordre moral, éthique, vis-à-vis de valeurs, … Elle devient imperméable à la transgression de ses idéaux et est emplie de jugements de valeurs.


Lorsque la personne de type 1 se connecte à ses qualités essentielles, lorsqu’elle vit avec plus de présence dans le moment présent, consciente de ses propres mécanismes intérieurs, alors le cercle vicieux de la colère s’estompe, sans forcément disparaître, mais au profit d’un vécu intérieur de sérénité. Sérénité vis-à-vis de la réalité telle qu’elle est, imparfaite, sérénité vis-à-vis des exigences, pas si importantes que cela, de son égo. Elle vit alors la patience dans le présent, et est capable de percevoir la perfection potentielle et suffisante d’une situation sans en faire un idéal inatteignable. La personne dure et critique laisse place à une personne plus douce, plus légère et plus joyeuse, et ce, sans perdre sa rigueur à bien faire les choses, sans perdre ses idéaux qui sont alors vécus avec discernement, au profit des autres et d’elle-même.

AlessandroSquassoni-man-5259912_640-pixabay



Orientation : idéaux élevés, rigueur personnelle

Dans l’Ego :

  • Compulsion : éviter la colère à tout prix
  • Mécanisme de défense : formation réactionnelle
  • Passion émotionnelle : Colère
  • Fixation mentale : Perfectionnisme
  • Fierté : je suis droit, je suis travailleur

RobinHiggins-3126437-pixabay


Dans l’Essence :

  • Qualité essentielle : Intégrité
  • Vertu émotionnelle : Patience, Sérénité
  • Idée supérieure mentale : Perfection potentielle


Crédits photos :
Alexas_Fotos (1300863) sur pixabay
Mohamed_hassanlawyer (3819044) sur pixabay
Clker-Free-Vector-Images (45792) sur pixabay
Rickey123 (2284170) sur pixabay
JerzyGorecki (4721324) sur pixabay ou AlessandroSquassoni (5259912) sur pixabay
RobinHiggins (3126437) sur pixabay

Merci Patrick pour ce post éclairé sur l’ennéatype 1.
Si toutefois tu me permets une précision :
« La compulsion de l’égo de type 1 étant d’éviter la colère à tout prix, celle-ci est alors aussitôt retenue dès lors qu’elle s’est exprimée. »

Retenue ce mot me paraît faible pour exprimer ce qui se passe dans le corps quand la colère tente de s’exprimer. Chez moi, par exemple, c’est une chape de plomb nommée culpabilité qui m’envahit. C’est cette culpabilité qui ronge du dedans, qui resserre le corps sur lui-même, le fige et crée des tensions.

Le 1 a à apprendre à remettre du souffle dans ses poumons, renouer avec les mouvements jusque dans les plus petits muscles et tissus de son corps. C’est dans cet état corporel, dans ce paradoxe mouvement/abandon que mes qualités essentielles peuvent être ressenties.

Et merci pour la justesse de tes illustrations…

1 J'aime

Soit la bienvenue sur ce forum @Osellany :slightly_smiling_face:

Je suis ravie de t’y lire. On peut beaucoup théoriser sur ce type de forum, pourtant les témoignages et la description de leur vécu intérieur par les concernés eux-mêmes est sans conteste un apport très riche. Un grand merci donc pour ton partage.

Très amicalement,

@Osellany Je te remercie pour cet apport et ton retour !

Pour reformuler et améliorer la description, je peux proposer :

La compulsion de l’égo de type 1 étant d’éviter la colère à tout prix, il croule sous la culpabilité dès que celle-ci se manifeste. L’intensité corporelle ressentie est immense, et le 1 mobilise alors une grande quantité d’énergie pour empêcher la colère d’éclater.

Qu’est-ce que tu en dis ?

Très amicalement,
Patrick

Bonjour Patrick,

le 1 mobilise alors une grande quantité d’énergie pour empêcher la colère d’éclater.

empêcher la colère d’éclater à l’extérieur mais elle se ressent pleine et entière à l’intérieur. Il y parvient ou non…

ça fait sens pour moi. Si c’est assez précis pour toi… :upside_down_face:

Hé, hé, c’est un bon moyen d’améliorer la description !

Proposition :

La compulsion de l’égo de type 1 étant d’éviter la colère à tout prix, il croule sous la culpabilité dès que celle-ci se manifeste. L’intensité corporelle ressentie est immense, et le 1 mobilise alors une grande quantité d’énergie pour empêcher la colère d’éclater à l’extérieur mais, même s’il ne la qualifie pas forcément ainsi, elle se ressent pleine et entière à l’intérieur. Il y parvient ou non…

J’ai ajouté « même s’il ne la qualifie pas forcément ainsi » en raison des nombreux témoignages des 1 qui appellent cela « ressentiment » ou autre, et ont plus de difficulté à accepter qu’il s’agit de colère.

Tu en dis quoi ? :slight_smile:

Patrick

1 J'aime

Oui, je n’ai moi-même mis le mot colère qu’en stage Ennéagramme.

Avant cela je n’ai jamais eu l’idée que c’était avec de la colère que je vivais. Peut-être du fait que la peur de mal faire était plus consciente.
Bravo pour la formulation !

2 J'aime

Bonjour à tous,

Comme ta contribution @Fantasio insiste sur la dynamique de fonctionnement et la mienne aussi, je te propose de les fusionner.
J’ai donc intégré le désir de base, la peur de base, la contrefixation et la contrepassion.

Ça donne ça :

Type 1

Fonctionnement égotique : L’orientation du 1 (idéaux élevés et rigueur personnelle) et son instinctif préféré le poussent à essayer de donner corps à ses idéaux. Il désire par-dessus tout être quelqu’un de bien, d’intègre et veut à tout prix éviter d’être corrompu, immoral, mauvais. Comme Il utilise son centre instinctif préféré en direction intérieure, ce sont des idéaux internes qui le guident. Il croit que pour faire bien il faut faire parfaitement (fixation). Il ressent fréquemment de la colère (passion) en raison de sa préférence pour le centre instinctif et du fait que la réalité correspond rarement à ses idéaux. Comme il croit que cette colère l’empêche d’atteindre son orientation, il cherche à l’éviter à tout prix (compulsion). Il utilise la formation réactionnelle (mécanisme de défense) afin de transformer de manière inconsciente cette colère en un sentiment acceptable par son ego. Il peut ainsi croire qu’il ne s’est pas mis en colère et préserver son image idéale de personne droite et rigoureuse.

Il y a des moments où le 1 vit sa contrepassion (renoncement) et sa contrefixation (inachèvement). Il croit alors être connecté à son essence mais ce ne sont que des caricatures de ses qualités essentielles. Il en est fier, signe que l’ego est toujours là. Il est également inconscient de la présence de sa passion et de sa fixation. Le renoncement n’est pas un lâcher prise, les regrets, les jugements et la colère sont toujours là. L’inachèvement fait qu’il ne va pas jusqu’à bout de ce qui peut raisonnablement être fait, à cet instant son orientation idéaux élevés et rigueur personnelle est perdue, autre signe qu’il est toujours dans son ego et pas connecté à l’essence.

Sortir du fonctionnement égotique : Lorsque le 1 se connecte à son essence et donc au réel, il vit sa vertu, la patience et son idée supérieure, la perfection. Il comprend que faire au mieux est suffisant (perfection) et accepte ses propres limitations ainsi que celles des autres. Il accepte et comprend que ses idéaux ne sont pas forcément ceux des autres et que c’est bien ainsi (patience).

Qu’en penses-tu ?

Très amicalement,

Bonjour à tous,

Merci @Alice-et-le-lapin pour la réalisation de cette synthèse.

J’aime beaucoup les formulations du type « description (notion correspondante en ennéagramme) » ; elles permettent d’avoir une description d’ennéatype compréhensible même par ceux qui ne connaissent pas encore l’ennéagramme. Pour renforcer cette logique de description, j’ai plusieurs propositions d’ajustement :

  • remplacer « L’orientation du 1 (idéaux élevés et rigueur personnelle) et son instinctif préféré le poussent à essayer de donner corps à ses idéaux. » + « Comme Il utilise son centre instinctif préféré en direction intérieure, ce sont des idéaux internes qui le guident. »
    par quelque chose du type « Le 1 cherche à matérialiser via des actions et des inactions (préférence pour le centre instinctif) la rigueur personnelle et les idéaux élevés (orientation) qui le guide (centre instinctif utilisé depuis l’intérieur). »

  • rajouter « (désir de base) » après « d’intègre »

  • rajouter « (peur de base) » après « être corrompu, immoral, mauvais »

  • remplacer « Il ressent fréquemment de la colère (passion) en raison de sa préférence pour le centre instinctif et du fait que la réalité correspond rarement à ses idéaux. Comme il croit que cette colère l’empêche d’atteindre son orientation, il cherche à l’éviter à tout prix (compulsion). »
    par quelque chose du type « Il ressent de la colère (passion) dès que ses actions et inactions ne permettent pas d’aboutir à une réalité conforme à sa rigueur personnelle et à ses idéaux élevés. Convaincu/Persuadé/Sûr que c’est cette colère qui l’empêche d’être parfait, il cherche à l’éviter à tout prix (compulsion). »

  • remplacer « Il y a des moments où le 1 vit sa contrepassion (renoncement) et sa contrefixation (inachèvement). »
    par quelque chose du type « Il y a des moments où le 1 « tombe/bascule » dans le renoncement (contrepassion) et l’inachèvement (contrefixation). »

Les autres idées qui me sont venues :

  • « … afin de transformer de manière inconsciente cette colère en un sentiment acceptable par son ego » ; je rajouterais bien à la fin « qui le pousse à être le plus parfait possible ».

  • « Il croit alors être connecté à son essence mais ce ne sont que des caricatures de ses qualités essentielles. » ; là, c’est la 1ère fois que le lecteur verra le mot « essence » et la notion de « qualités essentielles » ; s’il ne connaît pas l’ennéagramme, il risque de décrocher. Pour l’instant, je ne sais pas quelle formulation proposée.

  • dans ma compréhension, notre ego est « infiltré » sur nos 3 centres même si on ne fait pas autant appel à nos 3 centres. Du coup, je me dis que ça serait intéressant de remplacer « il croit » par une formulation qui pourrait fonctionner avec les 3 centres. J’ai pensé à « il est convaincu/persuadé/sûr » mais j’ai l’impression que c’est encore des formulations plutôt mentales. Qui a une idée de formulation qui marcherait pour les 3 centres ?

  • « sortir du fonctionnement égotique » pouvant être compris par certains par « l’ego, c’est caca, il faut s’en débarrasser », je dirais bien quelque chose du type « sortir de l’emprise du fonctionnement égotique » ou « se libérer de l’emprise du fonctionnement égotique »

En résumé, ta proposition de synthèse donne une super base de réflexion pour affiner la structure de description d’un ennéatype que l’on aimerait. En plus d’avoir une description décrivant la dynamique de fonctionnement, je dirais que l’idée d’avoir une description dans laquelle on pourrait se reconnaître sans pour autant avoir besoin de connaître les concepts/notions de l’ennéagramme indiqués entre parenthèses, ça serait une bonne manière de donner envie d’en savoir plus sur ces concepts/notions.

Qu’en pensez-vous ?

Bises,

Fantasio

Bonjour à tous,

Merci @Fantasio pour tes retours :slightly_smiling_face: , c’est très enrichissant.
Je trouve très intéressant que tu te focalise sur l’intérêt de rendre compréhensible l’article, y compris pour des néophytes.
Personnellement, le fait de mettre à certains endroits le terme entre parenthèses et à d’autres l’explication ne me gêne pas, cela dépend de ce que je veux mettre en avant. Mais je comprends ton souci d’homogénéisation, et je vais donc inclure cette nomenclature dans ma prochaine proposition.

Je préfère laisser « fréquemment » si cela est OK pour toi, car pour une personne dans son ego, la passion est « fortement » et donc fréquemment présente. C’est ce que je voulais souligner.

Je ne suis pas sure qu’il soit adéquat, ou même possible de formuler de manière à ce que les trois centres soient concernés. L’ego utilise ou n’utilise pas les 3 centres, mais chaque centre à ses caractéristiques et lorsqu’il s’agit du domaine de tel centre je ne vois pas pourquoi ni comment utiliser des termes qui sont du ressort d’un autre centre…
Pour l’instant je sèche… je laisse donc tel quel.

J’ai essayé de décrire dans ce paragraphe ce que peut être la connexion à l’essence et donc je te proposerai plutôt un intitulé du genre :
Connexion à l’essence

Qu’en penses-tu ? Qu’en pensez vous ?

Voici donc ce que cela donnerait :

Type 1

Fonctionnement égotique : Le 1 cherche à concrétiser (centre instinctif préféré), ses idéaux internes (direction d’utilisation intérieure). Il cherche à tout prix à exprimer par ses actions ou ses non actions des idéaux élevés et à être personnellement rigoureux (orientation). Il désire par-dessus tout être quelqu’un de bien, d’intègre (désir de base) et veut à tout prix éviter d’être corrompu, immoral, mauvais (peur de base). Il croit que pour faire bien, il faut faire parfaitement (fixation). Il ressent fréquemment de la colère (passion), dès que ses actions et/ou inactions ne contribuent pas à la création d’un monde conforme à ce qu’il veut apporter à celui-ci (orientation) et du fait que la réalité correspond rarement à ses idéaux. Comme il croit que cette colère l’empêche d’atteindre son orientation, il cherche à l’éviter à tout prix (compulsion). Il utilise la formation réactionnelle (mécanisme de défense) afin de transformer de manière inconsciente cette colère en un sentiment acceptable par son ego. Il peut ainsi croire qu’il ne s’est pas mis en colère et préserver son image idéale de personne objective, modérée et modeste.

Contretype : Il y a des moments où le 1 croit être connecté à son essence mais il ne vit en réalité que des caricatures égotiques de ses qualités essentielles. Il en est fier, signe que l’ego est toujours là. Il est également inconscient de la présence de sa passion et de sa fixation. Dans ces moments là il vit le renoncement (contrepassion et caricature de sa vertu la patience) et l’inachèvement (contrefixation et caricature de son idée supérieure la perfection). Le renoncement n’est pas un lâcher prise… les regrets, les jugements et la colère sont toujours là. L’inachèvement fait qu’il ne va pas jusqu’au bout de ce qui peut raisonnablement être fait, à cet instant son orientation idéaux élevés et rigueur personnelle est perdue, autre signe qu’il n’est pas connecté à l’essence.

Connexion à l’essence : Lorsque le 1 se connecte à son essence et donc au réel, il vit la patience (vertu) et la perfection (idée supérieure). Il comprend que faire au mieux est suffisant et accepte ses propres limitations ainsi que celles des autres (perfection). Il accepte et comprend que ses idéaux ne sont pas forcément ceux des autres et que c’est bien ainsi (patience).

Très amicalement,

Bonjour à tous,

Pour des raisons pratiques, nous avons continué ce travail collectif de synthèse par visioconférence. De fait il n’y a plus eu de partages ici, à ce sujet, depuis un certain temps. Nous reporterons ici les axes principaux de discussion, ainsi que les questions que ce travail soulève.

En ce qui concerne le format de ces réunions, nous avons utilisé une des techniques de la sociocratie, le processus de prise de décision par consentement. Voir ici pour plus de détails sur le processus d’écriture collective.

Axes de travail :

  • Rentrer dans la description par le centre préféré et sa direction d’utilisation, car à elles seules ces informations suffisent à définir un ennéatype.
  • Produire un texte qui soit compréhensible y compris par des néophytes n’ayant aucune familiarité avec l’ennéagramme et le vocabulaire employé dans ce milieu.
  • En conséquence du point précédent, formuler les concepts sous forme d’explication et mettre le terme technique correspondant entre parenthèses.
  • Employer un vocabulaire clair et précis.
  • Essayer de traduire ce qui fait la dynamique interne du fonctionnement d’un ennéatype et comment les différents mécanismes se combinent pour « produire » l’ennéatype en question.
  • Essayer, tant que faire se peut, de produire un texte qui soit parlant pour les différents courants au sein de la communauté de l’ennéagramme.
  • Rester sur un format relativement compact.

Ce travail est en cours, nous accueillerons donc toutes remarques et propositions de modification de votre part avec gratitude :slightly_smiling_face:

Ci-dessous la version intermédiaire sur laquelle nous nous sommes arrêtés lors de notre dernière réunion, le 3 janvier 2021 :

En noir, le texte ou les propositions temporairement validés en groupe.
En rouge texte en « ballotage » soit en raison de la formulation, de son emplacement, ou de son a propos. A reconsidérer au fur et à mesure de la construction de la description.
En violet, propositions de Fantasio qui ne sont pas encore passées par le processus de prise de décision par consentement.
En bleu, propositions d’Alice et le lapin, qui ne sont pas encore passées par le processus de prise de décision par consentement.

Type 1

Personnalité dominée par ses automatismes (Ego) :
Par son action ou son inaction, le 1 cherche à concrétiser sa vision idéale du monde (centre instinctif préféré utilisé en direction intérieure) grâce à sa rigueur personnelle et à ses idéaux élevés (orientation), par son travail (valeur culte). Comme les deux autres ennéatypes qui utilisent leur centre préféré en direction intérieure, le 4 et le 7, c’est un idéaliste. Il aspire par-dessus tout à être quelqu’un de bien, d’intègre (désir de base) et veut donc à tout prix éviter d’être corrompu, immoral et mauvais (peur de base). Il croit que pour faire bien, il faut faire parfaitement (fixation). Le centre instinctif est lié à la colère, c’est donc un sentiment que le 1 ressent fréquemment plus ou moins consciemment. [Comme pour tous les ennéatypes, l’ego a tendance à requalifier ce type d’émotion gênante pour lui (lien vers l’Enné-Agora https://www.enneagramme.com/forum/index.php?/topic/2101-moi -peur -non /)]. Ainsi, de la colère (passion) se forme dès que quelque chose chez lui et/ou chez les autres ne correspond pas à ce qui, selon lui, devrait être. Comme il croit que pour pouvoir vivre ses idéaux (orientation), il lui faut à tout prix éviter cette colère (compulsion), il la transforme en un sentiment plus conforme à ses idéaux par le biais de la formation réactionnelle (mécanisme de défense). Il peut ainsi croire qu’il ne s’est pas mis en colère et préserver son image idéale de personne consciencieuse, morale et posée.

[L’ennéatype 1 requalifie souvent la colère (passion) en: ressentiment, implication, …]

Proposition après la réunion du 03/01 :
“Il aspire par-dessus tout à être quelqu’un de bien, d’intègre (désir de base) et veut donc à tout prix éviter d’être corrompu, immoral et mauvais (peur de base).” ; dans ma compréhension, “être corrompu, immoral et mauvais” est associé à la False Core donc à l’étiquetage spécifique que le 1 fait de l’ESSENCE. Du coup, ça m’a questionné sur le “donc” : entre le désir et la peur, lequel est la conséquence de l’autre ? les deux apparaissent-ils en même temps ? etc.
Quid de l’idée de parler en premier de la peur d’être corrompu, immoral et mauvais qui le pousse à désirer être l’opposé par-dessus tout ? Et dans le paragraphe de l’ESSENCE, voir comment exprimer que dans l’ESSENCE ce danger n’existe pas ?

Il y a des moments où le 1 croit avoir atteint un fonctionnement équilibré, c’est-à-dire avoir pris de la distance avec son désir compulsif de se transformer et de transformer le monde, mais il ne vit en réalité qu’une illusion de réalisation ; la caricature d’une personnalité libérée de la domination de ses automatismes (contretype). Dans ces moments-là, bien qu’il en soit inconscient, sa passion et sa fixation* sont toujours présentes. Il vit le renoncement (contrepassion**) comme une caricature de la sérénité/patience (vertu***) et l’inachèvement (contrefixation**) comme une caricature de la perfection (idée supérieure***). Le renoncement n’est pas un lâcher prise… les regrets, les jugements et la colère sont toujours là et dans l’inachèvement, le 1 ne va pas jusqu’au bout de ce qu’il peut raisonnablement faire. De fait, son orientation idéaux élevés et rigueur personnelle est perdue, autre signe qu’il ne s’est pas libéré de la domination de ses automatismes égotiques.


Son autre manière d’éviter la colère (compulsion) consiste à se couper de sa rigueur personnelle et de ses idéaux élevés (orientation). Cela lui permet de ne plus voir chez lui et/ou chez les autres ce qui ne concorde pas avec ses idéaux et de ne plus se sentir obligé d’éviter la colère. Il ne va pas jusqu’au bout de ce qu’il peut raisonnablement faire et vit l’inachèvement (contrefixation**) et le renoncement (contrepassion**). Il a alors le sentiment illusoire d’être libéré d’une force le poussant à éviter à tout prix la colère. Ces comportements opposés à ceux qui l’amenaient à faire parfaitement (fixation) et à vivre de la colère (passion), lui permettent de vivre sa passion et sa fixation d’une manière totalement inconsciente.

Cette proposition consiste à présenter le contretype au regard de l’orientation et de la compulsion.

Personnalité libérée de la domination de l’ego (Essence) :
Lorsque le 1 se connecte à son essence et donc au réel, il peut enfin vivre son orientation sans être dominé par sa peur de base, dans l’essence il est libéré de sa compulsion et donc de la peur de ne pouvoir exprimer son orientation. Il vit la sérénité et la patience (vertu) et la perfection (idée supérieure). Il comprend que faire au mieux est suffisant et accepte ses propres limitations ainsi que celles des autres (perfection). Il accepte que ses idéaux ne soient pas forcément ceux des autres et que c’est bien ainsi (sérénité et patience).

L’idée serait de reparler de l’orientation puisqu’elle est restée présente dans l’ESSENCE et de voir comment indiquer que la personne n’est plus sous l’emprise de sa compulsion (intégration) et donc de la peur spécifique à son type (elle n’est plus guidée par son désir de base et sa peur de base mais par sa rigueur personnelle et ses idéaux élevés).
Voir comment indiquer que la peur d’un danger n’est pas présente dans l’essence.

Proposition : Faire un lexique pour les termes propres à l’ennéagramme.

* Passion et fixation : Lorsque le type est dans son ego et donc sous la domination de sa compulsion, il vit principalement une émotion (passion) et son esprit est occupé par une pensée particulière (fixation).

** Contrepassion et contrefixation : la passion et la fixation lorsqu’elles sont vécues dans le contretype se déguisent en vertu et idée supérieure, elles en prennent les apparences tout en restant des manifestations de l’ego.

*** Vertu et idée supérieure : Émotion et pensée principales vécues dans l’essence, c’est-à-dire lorsque le type est libéré de sa compulsion.

Centres d’intelligence : l’ego dispose de trois centres d’intelligence. Le centre instinctif est le siège de l’action. Le centre mental est le siège des pensées. Le centre émotionnel est le siège des émotions.

Mécanisme de défense : lorsque l’ennéatype subit un stress au sens de l’ennéagramme, c’est-à-dire que son fonctionnement est compromis, il utilise de préférence un mécanisme particulier qui lui permet de maintenir l’intégrité de son ego.

QUESTIONS

Inclut-on les termes qui sont déjà expliqués dans le corps du texte de synthèse ?
Où insérer le lexique ?

Décision collective : insérer une description du processus de requalification de sa passion par le type avec une liste des termes employés, pour le 1 ressentiment, implication, etc… au lieu de colère, afin d’aider les personnes à se reconnaitre plus facilement.

Inclure dans l’index une description plus générale de ce processus.