La Spirale Dynamique et les approches Agiles en entreprise

Depuis quelques décennies, le système traditionnel de travail en entreprise est de plus en plus remis en question. Les structures pyramidales fortement hiérarchisées s’aplatissent, les processus sont assouplis, deviennent de plus en plus un moyen et de moins en moins une contrainte à respecter à tout prix, la communication se fait de moins en moins via le responsable direct, mais ad hoc avec la bonne personne concernée, quelle que soit sa position hiérarchique.

Ces transformations des entreprises se réalisent via ce que certains être bizarres appellent l’agile ! Ce qui était cantonné aux équipes opérationnelles se propage petit à petit à toute l’entreprise.

Mais c’est quoi l’agile ? D’après le manifeste agile, appliqué initialement au développement logiciel :

Nous découvrons comment mieux développer des logiciels par la pratique et en aidant les autres à le faire. Ces expériences nous ont amenés à valoriser :

  • Les individus et leurs interactions, plus que les processus et les outils
  • Des logiciels opérationnels, plus qu’une documentation exhaustive
  • La collaboration avec les clients, plus que la négociation contractuelle
  • L’adaptation au changement, plus que le suivi d’un plan

Nous reconnaissons la valeur des seconds éléments, mais privilégions les premiers.

La première chose à remarquer, c’est que l’agilité est avant tout un état d’esprit, un changement de posture et non une méthodologie. Ainsi, appliquer en l’état une méthode agile utilisée ailleurs est en contradiction directe avec la première de ces 4 valeurs !

Dans la pratique, cela donne quoi ? Une équipe dite agile est un ensemble de personnes auto-organisées, qui décide de sa façon de travailler et ses processus au consensus. Chacun peut remettre en cause toute décision passée du moment qu’elle est consensuellement adoptée.

Ces équipes sont de taille humaine. On les qualifie parfois de pizza team, c’est-à-dire qu’il suffit d’une seule pizza pour fournir une tranche à tous les membres de l’équipe, soit environ 8 personnes.

L’accent est mis sur l’entraide humaine, le respect des individus, la créativité, le bien-être et l’acceptation des émotions aux côtés de la raison. En effet, la plupart des équipes agiles font une place dans leur façon de travailler pour que chacun puisse avoir la capacité d’exprimer ce qu’il ressent.

La mesure et la boucle de feedback sont également au cœur des méthodes émergentes des équipes agiles. Il s’agit en profondeur d’accepter que le futur n’est pas prédictible et que l’imprévisibilité n’est pas un ennemi à maîtriser mais une réalité du système qui doit être prise en compte telle qu’elle est. Ainsi, les boucles de feedbacks font partie des pratiques : réinjecter dans le système ce qui est mesuré, aussi bien objectivement sur le travail réalisé, sur les délais et budgets que sur la boucle émotionnelle : le ressenti des membres de l’équipe est un feedback à prendre en compte.

L’acceptation de l’imprévisibilité fait que les équipes agiles comprennent que cela n’a pas de sens de dire je veux ceci pour telle date (fixer un contenu d’un projet et une date butoir) : en effet, aucune variable ne prenant en compte l’imprévisibilité n’est présente dans cette approche classique.



Côté Spirale Dynamique, nous avons une cartographie des systèmes de valeurs. Voir ce lien pour une introduction plus éclairée. Ce qui suit suppose que vous êtes familier avec les niveaux de la Spirale Dynamique.

Étudions alors le manifeste agile sous cet angle-là :

Chaque proposition du manifeste agile est basée sur une préférence envers une valeur issue des vMèmes FS-Vert ou GT-Jaune, en opposition avec des vMèmes DQ-Bleu et ER-Orange.

Le manifeste se termine avec un relativisme FS-Vert disant qu’en fait, les valeurs des éléments de la partie droite ont autant de valeur, mais que la préférence va vers les premiers.

Les approches agiles sont un changement radical dans l’approche du travail. Ce n’est pas qu’un changement de méthode, ce n’est pas du simple bon sens, mais l’expression de paradigmes complexes, basés sur FS-Vert et GT-Jaune.

Ceci a pour conséquence pas mal de chaos et d’incompréhensions dans les entreprises. On ne compte pas les entreprises qui surfent sur la vague agile au vu de l’efficacité de ces approches. Or, beaucoup ne perçoivent pas ce que cela signifie, combien passer à l’agile remet en cause, la plupart du temps, tous les fondements du fonctionnement de l’entreprise, chose qui n’avait pas été perçue au préalable.

Au final, cela provoque des déstabilisations internes, des frictions entre ceux qui arrivent avec des approches FS-Vert voire parfois GT-Jaune dans des écosystèmes DQ-Bleu ou ER-Orange qui ne sont pas prêts à une telle transformation. Un seul exemple : exprimer des émotions en entreprise, au sein de réunions dédiées à cela ! Impensable dans un système traditionnel.

Si des véritables personnes en GT-Jaune peuvent effectivement prendre en compte toute la complexité de l’écosystème existant et le faire vivre et fonctionner, la plupart du temps, nous assistons à des tentatives de transformations imposées, basées sur des incompréhensions :

  • D’une part, ceux qui voient en l’agile un outil de performance avec une méthode à appliquer
  • D’autre part, ceux qui arrivent avec un changement d’état d’esprit, plus long terme, basé sur l’humain, la psychologie et le coaching, mais imposés au système existant

Utiliser la Spirale Dynamique comme grille de lecture sur ce phénomène actuel peut permettre de faire le tri dans les vMèmes qui entrent en collision lors d’une transformation agile, de constater les creux gamma à l’oeuvre, et d’avoir une approche systémique réellement GT-Jaune pour gérer ces transformations.

En effet, ces bouleversements provoquent parfois des creux gamma en CP-Rouge, avec une résurgence d’un chaos et d’un manque de contrôle, ce qui est interprété comme une cause de… l’agilité, celle-ci prônant l’assouplissement des processus DQ-Bleu. Cette confusion entre d’une part une arrivée de FS-Vert et la génération de creux en CP-Rouge, lorsque cela est analysé sous le spectre de directions n’étant pas en FS-Vert, ne peut être interprété que depuis DQ-Bleu sous la forme : l’agile c’est le chaos. On le voit bien, les confusions peuvent être légions, et les impacts humains et économiques non négligeables.

La Spirale Dynamique nous permet également de poser une hypothèse, par analogie. Au XVIème siècle, l’émergence de l’héliocentrisme et la naissance de la pensée scientifique ont sonné l’apparition de ER-Orange dans des mondes DQ-Bleu où les dogmes étaient la norme. Ces personnes-là (Copernic, Galilée, Kepler puis Newton) se sont attirés les foudres de leurs contemporains (au mieux). Aujourd’hui, l’approche scientifique et rationnelle est la nouvelle norme.

Mais depuis quelque temps, nous assistons de nouveau à l’émergence d’un nouveau paradigme, en l’occurrence FS-Vert, qui se répand. Les approches agiles ne sont peut-être qu’un début d’un changement plus profond, les Galilée d’aujourd’hui, mais sur un autre changement de paradigme. Ce n’est peut-être pas étonnant que ces approches-là sont mal comprises, détournées et réutilisées par les vMèmes plus traditionnels.

Si vous êtes impliqués dans une transformation agile et que vous souhaitez l’analyser au moyen de la Spirale Dynamique, ce fil de discussion est pour vous !

1 J'aime